Recherche

Generic selectors
Exact matches only
Search in title
Search in content
Search in posts
Search in pages

Culture et loisirs

Histoire et patrimoine

Histoire et patrimoine

La Ville d’Asbestos porte un passé riche en événements importants. Plusieurs aspects de son développement socio-économique et culturel ont marqué l’histoire du Québec.

La Société d’histoire d’Asbestos conserve précieusement les archives, les documents, les fonds et les collections qui tracent les jalons du développement et de l’évolution d’Asbestos, tel qu’illustré par le livre du Centenaire Asbestos Filons d’histoire 1899 à 1999.

Au cœur du triangle des villes de Québec, Montréal et Sherbrooke, Asbestos est nichée entre monts et vallons dans les Cantons-de-l’Est. Au XIXe siècle, la région accueille ses premiers habitants; des Américains s’y établissent d’abord, suivis de Britanniques, d’Écossais et d’Irlandais. Tous y trouveront de grands espaces cultivables.

Un jour de l’année 1879, des enfants découvrent sur les flancs d’une colline appelée « La Colline Webb », une pierre d’apparence curieuse qui s’est détachée facilement de la crevasse d’un rocher, c’était de l’amiante, surnommée « l’Or Gris ». La découverte d’un gisement d’amiante chrysotile monopolise toutes les ressources de la région. Une communauté s’organise et s’installe autour de la mine. Asbestos est fondée en 1899.

L’essor que connaît l’industrie en ce début de siècle attire de nouveaux travailleurs miniers provenant de différentes régions de la province. La municipalité s’accroît considérablement. L’expansion de la mine demande l’expropriation des résidences afin de poursuivre l’exploitation du minerai. De nouvelles constructions s’ajoutent au pourtour de la ville.

Cette photo de 1880, du tout début de la mine Jeffrey, illustre bien la méthode d’extraction employée. Le travail était exécuté à bras d’hommes avec, comme seuls outils : des masses, des fleurets, des pelles, des coins, des pics, des chaînes, des treuils à manège et des cribles manuels. Le seul explosif disponible était la poudre noire qu’on pouvait se procurer à Windsor par la Compagnie Hamilton Powder. L’arrêt définitif des activités industrielles entourant l’exploitation de l’amiante a entraîné la fermeture de la mine Jeffrey en 2011.

Aujourd’hui, le puits minier de l’ancienne mine Jeffrey est considéré comme l’une des plus grandes mines à ciel ouvert au monde.